L'Idole
  • Éditeur québécois

Éveline se dit qu’elle a bien le droit de vivre ses dernières années sans se donner en spectacle, sans devenir un fardeau pour les siens. Elle décide de partir, loin, aux antipodes. Elle choisit de s’installer à Buenos Aires. Personne ne sait qu’elle n’a qu’un aller simple, ni son fils, ni ses petits-enfants, ni son frère.

Dans la grande Avenida 9 de Julio, le premier visage qui l’accueille, monumental, c’est celui d’Eva Perón déployé sur un grand édifice. Evita, Santa Evita, l’idole de la mère d’Éveline. Eva Perón, l’amie des pauvres, celle qui faisait la charité vêtue de Dior, morte à trente-trois ans au sommet de sa beauté et de sa gloire.

Buenos Aires charme Éveline par son architecture, ses librairies, le flamboiement des jacarandas au printemps. Mais il n’est pas si facile d’être seule. Au fil des jours, elle fait la connaissance de Violaine, Française d’origine, et d’Alejandro, qui a l’âge de son fils et qui est le père du petit Federico.

Mais s’attacher à ces gens, n’est-ce pas se donner de nouvelles chaînes ? Quelle issue lui reste-t-il ? Repartir ? Revenir ?